Les thérapies

Même si Yanis se développait bien après sa naissance, il était trop tôt pour savoir quelles possibles difficultés il allait peut-être rencontrer plus tard dans son développement car le cervelet joue un rôle important dans le contrôle moteur et est également impliqué, dans une moindre mesure, dans certaines fonctions cognitives... Mais compte-tenu de son état à la naissance et son état actuel avec de constants progrès grâce aux thérapies (malgré les séquelles d'une grave méningite) Yanis aurait sans doute bien évolué. Nous ne pouvons malheureusement pas réécrire son histoire mais nous souhaitons lui rajouter de beaux chapitres avec un futur heureux.

Notre souhait est que Yanis et ses copains acquièrent le plus de capacités possibles afin d'être plus tard autonomes.

 

C'est la raison pour laquelle nous avons fait de multiples recherches depuis sa méningite afin de trouver des thérapies capables de contourner ou réduire les lésions cérébrales. En effet,  le cerveau peut faire preuve d’une considérable capacité d’adaptation grâce à la plasticité cérébrale. La plasticité est cette aptitude du cerveau à modifier l’organisation des branchements entre les neurones, quand certains chemins (les axones) les reliant entre eux finissent par ne plus être fréquentés, en raison de la disparition des portes d’accès aux neurones (les synapses). Ce qui entraîne une moins bonne circulation des informations… De nombreuses études ont prouvé que, sous l’influence de la stimulation cérébrale (jeux, activités diverses), le cerveau arrive à recréer de nouvelles synapses et réseaux neuronaux. La plasticité neuronale est effective toute la vie mais avec une efficacité accrue les premières années de vie quand le cerveau n'est pas mature.

 

Ainsi, il est important de multiplier les thérapies de stimulation cérébrale et motrice, afin de donner les meilleures chances à Yanis et à ses copains !

 

Les différentes thérapies de stimulation

Les thérapies prises en charge

Certaines thérapies sont prises en charge : kinésithérapie le Métayer, Méthode Padovan...

Les thérapies non prises en charge

La plupart des thérapies dites "alternatives" ne sont pas prises en charge. Elles sont parfois partiellement remboursées mais doivent le plus souvent être financées en intégralité par les familles.


La liste des thérapies que nous présentons et avons choisi pour Yanis n'est pas exhaustive : nous en découvrons d'ailleurs de nouvelles au fil de nos recherches. Le but de cette association est d'informer sur les thérapies non prises en charge qui donnent de bons résultats pour les enfants ayant une pathologie cérébrale, même si chaque enfant est unique et progresse à son rythme. Nous souhaitons aider d'autres familles qui le désirent, selon notre expérience de parents, car l'entraide nous est primordiale.